Maladie de Parkinson et soins de fin de vie

Présentation du sujet :

L’arsenal pharmacologique dont disposent les cliniciens pour soulager les symptômes de la maladie de Parkinson idiopathique est vaste.  S’y ajoutent même maintenant, dans certaines situations bien définies, des options chirurgicales.  Ces modalités thérapeutiques ciblent principalement les manifestations motrices de la condition, mais ont peu d’incidence sur l’ensemble des symptômes non moteurs, tout aussi invalidants et menaçants pour l’intégrité de la personne et sa qualité de vie à la phase avancée de la maladie.  Quand la dignité devient pour le patient, ses proches et toute l’équipe soignante, le principal enjeu, quand l’image de soi et le « être encore capable un peu de… » représentent désormais le plus important, que pouvons-nous raisonnablement offrir à ces personnes souffrantes ?

Objectifs
 :
  • Discuter des principales manifestations cliniques de la maladie de Parkinson évoluée
  • Échanger sur les avenues thérapeutiques disponibles pour soulager les patients
  • Identifier certains enjeux éthiques soulevés par les soins de fin de vie dans cette maladie


Clientèles cibles :

Tous les intervenants œuvrant en soins palliatifs ou en soins de fin de vie

Date : 5 juin 2019

Heure : 18 h 30 à 21 h 30

Durée : 3 heures

Tarif : 120 $

Reconnaissance de participation : Attestation de présence

Endroit :

À la Maison Michel-Sarrazin, dans les salles de formation A et B, selon le calendrier


Formatrice :

Michèle Morin, interniste gériatre, Centre d’excellence sur le vieillissement de Québec


Formulaire d’inscription