Maison Michel-Sarrazin

Mission et valeurs

Notre mission est de soulager et d’accompagner, dans la dernière étape de leur vie, des personnes atteintes de cancer recherchant une meilleure qualité de vie, d’offrir du soutien à leurs proches et de contribuer activement au développement et à l’excellence des soins palliatifs.

Cette mission est bien résumée dans notre devise : Pour apprécier la vie, jusqu’à la fin… La Maison Michel-Sarrazin valorise la dignité, le respect, la vérité, la compassion, la solidarité et la générosité.

Valeurs et philosophie de la Maison Michel-Sarrazin (code d’éthique)

Politique et programme de soins palliatifs et de fin de vie à la Maison Michel-Sarrazin

Rapport de la direction générale sur l’application de la Loi sur les soins de fin de vie

110428_michelsarrazin_052

Vision et rayonnement

Notre vision est celle d’une institution fortement soutenue par la communauté qu’elle dessert, reconnue pour ses valeurs et son engagement envers les patients et leurs proches. Nous souhaitons exercer une influence significative sur le développement et l’organisation des services en soins palliatifs. Nous désirons poursuivre notre leadership dans l’innovation continue, le développement des meilleures pratiques, la formation, la recherche et les publications en soins palliatifs.

Plan stratégique 2013-2018

Le plan stratégique 2013-2018 a été adopté par le conseil d’administration le 8 avril 2013. Ce plan s’inspire du thème Persévérer dans ce que nous faisons de mieux.

Ce plan repose sur sept grandes orientations :

  • Demeurer un exemple de soins centrés sur la personne et ses proches
  • Appuyer par nos services le déploiement accru des soins palliatifs à domicile
  • Réaliser le projet d’agrandissement et de modernisation des installations
  • Renforcer les activités d’enseignement, de formation continue, de recherche et de publications en soins palliatifs
  • Préserver toutes les conditions de maintien de nos reconnaissances externes de haut niveau
  • Cultiver le bonheur et la satisfaction au travail
  • Assurer le développement et la pérennité sur le plan financier

Plan stratégique 2013-2018

Rapport annuel de gestion 2016-2017

michelsarrazin_110606_042

Faits saillants

  • Le budget d’opération est supérieur à 4 000 000 $
  • Une journée d’hébergement coûte en moyenne 650 $
  • La durée moyenne d’un séjour est de 21 jours
  • Le Centre de jour accueille plus de 50 personnes par semaine
  • La Maison Michel-Sarrazin a accompagné plus de 9 000 personnes depuis son ouverture
  • Elle constitue la première Maison du genre au Canada et dans la francophonie

Conseil d’administration

La Maison Michel-Sarrazin est une personne morale sans but lucratif, incorporée en 1981, en vertu de la partie III de la Loi des compagnies du Québec. Elle détient également un permis de centre hospitalier de soins généraux et spécialisés, privé conventionné spécifique, en vertu de la Loi sur les services de santé et les services sociaux. Elle est aussi reconnue comme organisme de charité enregistré par Revenu Canada. Chacune des lois auxquelles est assujettie la corporation de la Maison Michel-Sarrazin édicte certaines règles de gouvernance et prévoit certaines obligations de reddition de compte ou de divulgation d’information envers la clientèle et le public en général. La gouvernance et la gestion quotidienne sont assumées par un conseil d’administration, un directeur général et une équipe de gestion.

 

Jocelyne Guay Présidente du conseil d’administration

Jocelyne Guay
Présidente du conseil d’administration

Conseil d’administration

  • Mme Jocelyne Guay, présidente
  • M. Sylvain Pouliot, vice-président
  • Mme Sylvie Marcoux, secrétaire
  • M. Bernard Morin, trésorier
  • Mme Marie-Josée Côté, dirigeant
  • Mme Clémence Dallaire
  • Me Jean G. Morency
  • M. Louis Chantal
  • M. André-Guy Racine
  • M. André Vien
  • Mme Lyse Langlois
  • Mme Michèle Tourigny
  • M. Hugues Matte
  • M. Carl Julien, directeur général de la Fondation de la Maison Michel-Sarrazin (invité d’office)
  • M. Alain-Philippe Lemieux, directeur général de la Maison Michel-Sarrazin (invité d’office)

Les membres de la Maison Michel-Sarrazin

Le processus de gouvernance

Équipe de gestion

Qualité et plaintes

La Maison Michel-Sarrazin est soucieuse d’offrir de façon constante des services de grande qualité. C’est pourquoi les soins et les services, de même que les pratiques de gestion, visent les plus hauts standards reconnus par Agrément Canada. En effet, la Maison Michel-Sarrazin est agréée par cet organisme depuis 2006. Le dernier agrément, décerné en 2012, l’a été avec « mention d’honneur ».

Satisfaction de la clientèle

La Maison cherche aussi à connaître l’opinion des personnes soignées et de leurs proches. C’est pourquoi un questionnaire de satisfaction de la clientèle est acheminé deux fois par année à un ou deux proches de personnes décédées ou ayant reçu des services de la Maison ou du Centre de jour. Ces questionnaires sont compilés et analysés avec le soutien des membres du Comité des familles. Un répondant au questionnaire pourra être contacté par un gestionnaire ou par un membre du Comité des familles, s’il en a manifesté préalablement son accord, pour apporter des précisions supplémentaires à ses commentaires écrits.

Traitement des plaintes

Une personne est désignée par le conseil d’administration pour recevoir les plaintes des patients ou de leurs proches. Une politique de traitement des plaintes encadre ce processus et assure les plaignants et les personnes visées par une plainte d’être traitées avec équité et courtoisie, dans des délais raisonnables. Une personne qui désire formuler une plainte peut être assistée par un membre du Comité des familles, si elle le désire.

Dépliant portant sur le traitement des plaintes

Pour formuler une plainte, il suffit de s’adresser à Madame Marie Breton, responsable du traitement des plaintes :

  • Par téléphone : 418-688-0878
  • Par écrit, à : Maison Michel-Sarrazin 2101, chemin Saint-Louis Québec (Québec)  G1T 1P5

Comité des familles

Ce comité relève du conseil d’administration et fait office de Comité des usagers, tel que prévu par la Loi sur les services de santé et les services sociaux. La mission du Comité des familles de la Maison Michel-Sarrazin vise essentiellement trois objectifs :

  • Promouvoir l’amélioration des services offerts aux patients et aux familles
  • Représenter les intérêts collectifs des patients et des familles
  • Soutenir un patient ou un proche dans ses démarches auprès de la Maison Michel-Sarrazin

Le Comité des familles fait un rapport annuel de ses activités et rencontre annuellement le conseil d’administration. Il est possible de communiquer avec les membres du Comité des familles de plusieurs façons :

  • Par téléphone à la Maison Michel-Sarrazin  : 418 688-0878
  • Par téléphone auprès d’un membre : 418 872-3182
  • En déposant un commentaire ou une suggestion dans l’une des boîtes à suggestions installées à la Maison Michel-Sarrazin
  • Par courriel : comitefamilles@michel-sarrazin.ca
  • Par écrit, à : Maison Michel-Sarrazin 2101, chemin Saint-Louis Québec (Québec)  G1T 1P5
Pauline Désilets Présidente du Comité des familles

Pauline Désilets
Présidente du Comité des familles

Comités d’éthique

Le vécu des personnes malades et de leurs proches de même que les pratiques de soins en fin de vie pour soulager la souffrance soulèvent souvent des questionnements éthiques. L’action de la Maison Michel-Sarrazin en soins palliatifs, l’enseignement et la recherche reposent sur plusieurs bases éthiques, dont les principes de bienfaisance, d’autonomie et de justice et les règles de vérité, de confidentialité et de consentement libre et éclairé.

Pour veiller au respect de ces principes éthiques et pour soutenir les équipes de soins dans les difficultés éthiques qu’ils peuvent rencontrer au quotidien, la Maison Michel-Sarrazin peut compter sur un comité d’éthique clinique et sur un comité d’éthique de la recherche. Ces deux comités relèvent du conseil d’administration et partagent un grand nombre de membres communs.

Questions éthiques sur la fin de vie

La fin de vie soulève de nombreuses questions éthiques. Suite à de longs débats philosophiques et politiques, notre société vit actuellement une importante évolution juridique sur l’aide médicale à mourir. La Maison Michel-Sarrazin, inspirée par plus de trente ans au service de l’accompagnement des personnes en fin de vie, maintient sa philosophie mûrement réfléchie sur ces questions.

La Maison fournit essentiellement des soins palliatifs 

Les soins palliatifs sont l’ensemble des soins actifs et globaux dispensés aux personnes atteintes d’une maladie qui risque d’écourter significativement leur vie. L’atténuation de la douleur, des autres symptômes et de tout problème psychologique, social et spirituel devient essentielle au cours de cette période de vie. L’objectif des soins palliatifs est d’obtenir, pour les personnes malades et leurs proches, la meilleure qualité de vie possible. Les soins palliatifs soutiennent la vie et considèrent la mort comme un processus normal, ne hâtent ni ne retardent la mort, atténuent la douleur et les autres symptômes, intègrent les aspects psychologiques et spirituels des soins, offrent un système de soutien pour permettre aux personnes malades de vivre aussi activement qu’il est possible jusqu’à la mort1.

La sédation palliative est un soin de fin de vie pour soulager la douleur

La sédation palliative est un soin médical posé en toute fin de vie, quand il ne reste que quelques jours à la personne malade. Ce soin consiste à induire un sommeil profond, à l’aide de médicaments, avec l’accord de la personne malade et de ses proches, dans le but de soulager les souffrances physiques ou psychologiques, quand les moyens médicaux habituels ne suffisent plus. La sédation palliative peut être « intermittente » si elle est administrée pendant plusieurs heures ou quelques jours, avec alternance de périodes d’éveil et de sommeil; elle peut être « continue » si elle est administrée sans période d’éveil jusqu’au décès.

À la Maison Michel-Sarrazin, la sédation palliative est disponible dans des circonstances exceptionnelles, sa pratique est encadrée sur le plan éthique et elle suit un processus professionnel très rigoureux.

La Maison Michel-Sarrazin ne pratique pas l’aide médicale à mourir (euthanasie) et n’est pas tenue de l’offrir

L’aide médicale à mourir et l’euthanasie sont deux expressions qui désignent la même chose. Il s’agit d’abréger la vie d’une personne malade avec son consentement, en lui administrant des médicaments en doses mortelles, ce qui provoque sa mort dans les minutes qui suivent. Pour la Maison Michel-Sarrazin, abréger ainsi la vie ne fait pas partie de la philosophie des soins palliatifs à offrir en fin de vie.

La loi 2 du Québec sur les soins de fin de vie, (en vigueur en décembre 2015), permet aux maisons de soins palliatifs, dont la Maison Michel-Sarrazin, d’offrir seulement des soins palliatifs, sans offrir l’aide médicale à mourir (euthanasie). Fidèle à sa philosophie et à sa pratique des soins palliatifs en fin de vie, la Maison Michel-Sarrazin maintient l’exclusion en ses murs de l’aide médicale à mourir (euthanasie).

La dignité humaine comme valeur essentielle

La dignité humaine réfère à la valeur de chaque être humain, du simple fait d’exister. La dégradation physique, la fragilité, la dépendance accompagnant souvent la fin de vie n’altèrent en rien la dignité humaine du mourant et ne justifient pas d’abréger cette vie; ce qui équivaudrait à confirmer que cette personne mourante a un statut inférieur et n’a plus la dignité d’un être humain à part entière. À la Maison Michel Sarrazin, la dignité humaine est une valeur essentielle qui motive toutes les pratiques professionnelles.

Lorsqu’une personne est souffrante au point de vouloir mourir, l’équipe de soins palliatifs de la Maison Michel-Sarrazin est toujours là pour l’accueillir dans ce vécu intense et pour chercher avec elle, par tous les moyens thérapeutiques à sa disposition, le meilleur soulagement de cette souffrance.

C’est ainsi que se traduit au quotidien, à la Maison Michel-Sarrazin, l’expression mourir dans la dignité.

1 Adapté de la définition de l’Organisation mondiale de la santé.

Pour en savoir plus :

 

Visiter la Maison (faire une visite 360°)

Une politique de gestion des visiteurs est en vigueur à la Maison Michel-Sarrazin.

Historique

C’est lors d’une visite à l’Hospice St-Christopher’s de Londres, en 1969, qu’un jeune chirurgien oncologue, le Docteur Louis Dionne, eut l’inspiration d’un projet emballant et stimulant. Dès son retour à Québec, il partage son enthousiasme avec son épouse, Claudette Gagnon-Dionne et avec son grand ami, feu le docteur Jean-Louis Bonenfant, alors pathologiste à l’Hôtel-Dieu de Québec. Ils se laissent facilement convaincre par l’engouement du Docteur Dionne et se mettent à idéaliser leur rêve commun pour qu’il devienne réalité. Grâce à une détermination à toute épreuve et avec l’aide de nombreux collaborateurs et d’une armée de bénévoles, les trois complices réussissent à convaincre les décideurs et créeront la Maison Michel-Sarrazin. C’est finalement le 9 avril 1985 que la première patiente fit son arrivée dans cette première maison de soins palliatifs du monde francophone.

Pour en connaître davantage, visionnez les capsules-vidéos des fondateurs.

Les textes rédigés par le Dr Louis Dionne sont également disponibles :

La famille Picard

Mon Chemin de Damas

Qui apprendrait aux hommes à mourir, leur apprendrait à vivre

Mme Cicely Saunders

Les fondateurs

Le Dr Louis Dionne, Claudette Gagnon-Dionne et feu le Dr Jean-Louis Bonenfant ont consacré plusieurs années de leur vie au projet de la Maison Michel-Sarrazin. Le couple Dionne est toujours actif au sein de l’œuvre.

 

michelsarrazinr35
Qui était Michel Sarrazin 
Michel Sarrazin naquit en France, à Nuits-sous-Beaune en Bourgogne, le 5 septembre 1659. Venu une première fois à Québec en 1685, à titre de chirurgien de la marine, il revint s’y établir définitivement en 1697, après avoir obtenu un doctorat en médecine de l’Université de Reims. En mai 1700, il pratiqua à l’Hôtel-Dieu de Québec, l’ablation d’une tumeur mammaire cancéreuse chez une religieuse. Cette chirurgie constitua alors la première mastectomie au Canada et probablement en Amérique du Nord. La patiente survécut 39 ans à cette opération. Naturaliste et botaniste renommé, il fut l’auteur de nombreux travaux scientifiques, notamment sur les plantes et l’érable à sucre. Une plante indigène au Canada porte son nom, la sarracénie pourpre. On peut à juste titre le considérer comme le premier scientifique à avoir vécu au Canada. Michel Sarrazin est décédé le 6 septembre 1734 à l’Hôtel-Dieu de Québec. Il fut inhumé au cimetière des Pauvres à l’Hôtel-Dieu. Le choix du nom Michel-Sarrazin s’imposait donc pour désigner la première maison de soins palliatifs au Canada.